Les temples maltais

Malte est le seul lieu en Europe permettant de suivre l'évolution des temples préhistoriques. Au fil des siècles, de 2800 avant J.C, à 1800 avant J.C, ces sites sacrés devinrent de plus en plus élaborés et imposants.

Les temples de Tarxien, ceux de Hagar Qim, de Mnajdra, ceux de Ggantija (surnommés "la tour des géants") reflètent tous l'extraordinaire richesse archéologique de l'île.
Bien que privés d'un grand nombre de leurs roches, les temples ont gardé leur énigmatique imposance. Il n'y aura sans doute jamais de réponse à toutes les questions que peuvent engendrer la présence de si nombreux temples sur ces îles.

Vers l'an 1800 avant J.C, les constructeurs de temples disparaissent. Bien que plusieurs hypothèses soient avancées (sécheresses, famines et guerres civiles), la théorie la plus probable reste celle d'une invasion venue de Sicile. De nombreuse traces montrent l'arrivée d'un peuple belliqueux, là ou les premiers occupants étaient des paysans pacifiques (aucune trace d'armes n'a jamais été trouvé)

Ce peuple était beaucoup moins civilisé que les précédents. Il ne construisit plus de temples, et utilisa les temples existants comme cimetières. Les morts étaient incinérés intra-muros et les cendres déposées dans les ruines des édifices autrefois consacrés.